Altermondes



Du même auteur :
Benjamin Peyrot des Gachons - Peuples Solidaires

En Inde, les jeunes reconstruisent
Christel Rougy - Peuples Solidaires



L’accès à la terre en Afrique

PAR Benjamin Peyrot des Gachons - Peuples SolidairesChristel Rougy - Peuples Solidaires


Le FSM de Nairobi a été l’occasion pour les mouvements paysans de faire connaître leur situation et de faire valoir leurs revendications. Rencontre avec Ndiakhate Fall du Sénégal


La question de l’accès à la terre a été abordée au FSM de Nairobi dans toute sa complexité : réformes agraires, essor de l’agrobusiness, souveraineté alimentaire, accès des femmes à la propriété, etc. Le Forum a été l’occasion de rencontres entre mouvements paysans et ONG des différents continents (Via Campesina, Confédération Paysanne, Ekta Parishad (Inde), Kenya Land Alliance et d’autres mouvements d’Afrique de l’Est) et a également montré que les paysans africains doivent renforcer leurs réseaux au niveau continental, notamment entre francophones et anglophones. La barrière de la langue a encore une fois freiné le rapprochement entre mouvements africains pour qui la question de l’accès à la terre se pose pourtant en termes voisins. Sur la question des mobilisations pour l’accès à la terre, certaines organisations, notamment ouest-africaines, sont encore trop peu en réseau avec des acteurs d’autres régions ou continents qui pourraient partager leur expérience. Pourtant des formes de mobilisation existent, avec forces et faiblesses, comme en a témoigné Ndiakhate Fall de l’Union des Groupements Paysans de Méckhé (UGPM), une organisation membre de la Fédération des ONG du Sénégal, elle-même membre du Conseil national de concertation et de coopération des ruraux (CNCR).

Ndiakhate Fall, pouvez-vous revenir sur le contexte agraire au Sénégal ?
En 2003, à la demande des organisations paysannes qui ont réuni 50 000 personnes dans la rue, l’Etat a proposé un Projet de loi agricole incluant un volet consacré à la réforme agraire. Malheureusement, ce volet était un véritable projet d’expropriation des petits producteurs. En effet, l’Etat souhaitait promouvoir l’agrobusiness. Les organisations paysannes ont donc demandé le retrait de cette réforme agraire du texte de loi. Pour porter cette revendication - et celles relatives aux orientations de politique agricole - nous avons organisé une série d’ateliers de sensibilisation aux niveaux local, régional et national qui ont débouché sur la rédaction d’un Mémorandum final remis au Ministre de l’agriculture. Ce processus a été largement médiatisé. Au final l’article consacré à la gestion du foncier a été retiré du texte de loi pour qu’on puisse commencer un travail de concertation qui aboutisse à la prise en compte des préoccupations des producteurs.

Quels liens les mouvements sénégalais entretiennent-ils avec les autres mouvements paysans ?
Le CNCR a initié le Réseau des organisations paysannes et des producteurs agricoles de l’Afrique de l’Ouest (ROPPA) et est membre de Via Campesina. Au niveau sénégalais, le mouvement paysan peut peser politiquement car il représente 75% de la population. Mais il y a encore des ratés dans la mobilisation face au gouvernement. Le CNCR est, selon moi, attentiste au lieu d’être proactif. Lors de ma participation à la Conférence de Via Campesina au Brésil en 2004, ce que j’ai le plus appris c’est que nous n’avons pas encore développée une véritable capacité de mobilisation et d’anticipation.




Dans le même numéro - sur le site :
Edito - L’Afrique relève le défi
N°9 - Quand l’Afrique bouscule les forums sociaux...
Nairobi : la flamme d’Afrique
Le FSM, condamné à mieux faire
Wangui Mbatia - Une forte tête au FSM
Coton, une mobilisation réussie
Un altermondialisme en demi-teinte
Forum social nigérien – Le message passe
Un agenda africain
Droits des migrants , droits de l’homme
Soif de justice, devoir de mémoire
Aux portes de l’indécence urbaine
Incontournables accords
Une nouvelle ère France-Afrique ?
Appel des organisations de la société civile africaine aux candidats à l’élection présidentielle en France
L’injustice fiscale n’a que trop duré
Mondialisation et travail décent
Des réseaux pour un autre monde
Des réseaux pour un autre monde
Exhumer l’esprit de résistance