Altermondes



Du même auteur :
Pierre Tartakowsky - UGICT - CGT




Mondialisation et travail décent

PAR Pierre Tartakowsky - UGICT - CGT


Jamais la participation syndicale n’aura été aussi importante à un FSM qu’à celui de Nairobi. L’occasion pour la CSI de tisser des alliances sur la question du travail décent


« Est-il possible de construire une mondialisation équitable en s’appuyant sur le travail décent ? » La question, posée par le représentant de l’Organisation internationale du travail (OIT) au Forum de Nairobi vaut défi. Particulièrement pour le mouvement syndical international qui en a fait l’axe majeur de ses interventions. Ainsi, l’engagement de la toute nouvelle Confédération syndicale internationale (CSI), de l’ORAF, de l’ODESTA et de l’OUSA (1) dans la préparation du forum s’est traduit par la tenue d’un « espace syndical » fonctionnant chaque jour sur des ateliers tournant autour de cet unique thème. Sur le fond, il s’agit de renforcer le système normatif de l’OIT pour l’adapter au système de production mondialisé, en intégrant sous-traitance, zones d’exportations, temps partiel imposé et surtout, imposer l’idée que le salaire doit permettre une vie décente. Une question « économique » qui en soulève d’autres, plus « citoyennes » : le renforcement du dialogue social, avec les libertés afférentes, notamment celle de s’organiser.
Au-delà de ces considérants, la campagne autour du travail décent fournit l’occasion au syndicalisme de marteler un thème transverse aux différentes réalités continentales, à condition d’accepter l’idée que la notion de « décence » est elle-même un enjeu à préciser. Faut-il la définir en fonction de besoins individuels vitaux (alimentation, sécurité, santé, éducation), prendre davantage en compte des besoins collectifs et sociaux plus élaborés (formation permanente, services à la personne, etc.) ? Les deux démarches ne s’opposent évidemment pas ; enraciné dans la réalité des sociétés concernées, le thème du travail décent s’applique à la fois aux secteurs du travail informel du Sud, à la flexibilité du Nord, aux inégalités et aux discriminations. A condition, évidemment, qu’il soit décliné avec cette volonté.
De ce point de vue, le Forum de Nairobi marque une étape et des limites à dépasser. Si la présence et la thématique syndicale n’avait jamais été aussi présente, elle n’a pas réellement réussi à déborder sur les autres débats et rencontres. Une limite sur laquelle Guy Ryder, secrétaire général de la CSI, appelait à réfléchir, dès l’ouverture du Forum : « Nous ne sommes pas en train de gagner contre la mondialisation, malgré nos efforts. Pour changer les règles de la mondialisation, il nous faut cultiver un nouvel internationalisme syndical, qui articule mieux et davantage le niveau national et international, qui élargisse le cercle de ses amis, en toute indépendance ; nous avons besoin d’inscrire le travail décent au coeur des démarches de la société civile, de nos amis politiques. Cette internationalisation de notre pratique doit devenir un réflexe systématique ; mais jusqu’à quel point ce dont nous débattons est-il au coeur de la pensée de nos syndicats ? Or, nous ne pouvons pas attendre que le monde change ; c’est à nous de le changer ; et il nous faut changer nous même pour y parvenir ».

1. La CSI est la principale organisation syndicale internationale. Elle compte 304 organisations affiliées dans 153 pays et territoires, avec un total de 168 millions de travailleurs affiliés. L’ORAF, l’ODESTA et l’OUSA sont trois organisations distinctes regroupant des syndicats africains.




Dans le même numéro - sur le site :
Edito - L’Afrique relève le défi
N°9 - Quand l’Afrique bouscule les forums sociaux...
Nairobi : la flamme d’Afrique
Le FSM, condamné à mieux faire
Wangui Mbatia - Une forte tête au FSM
Coton, une mobilisation réussie
Un altermondialisme en demi-teinte
Forum social nigérien – Le message passe
Un agenda africain
Droits des migrants , droits de l’homme
Soif de justice, devoir de mémoire
L’accès à la terre en Afrique
Aux portes de l’indécence urbaine
Incontournables accords
Une nouvelle ère France-Afrique ?
Appel des organisations de la société civile africaine aux candidats à l’élection présidentielle en France
L’injustice fiscale n’a que trop duré
Des réseaux pour un autre monde
Des réseaux pour un autre monde
Exhumer l’esprit de résistance