Altermondes






Edito - Chiche !



« NOTRE OBJECTIF est d’ouvrir les chantiers de fond qui ne peuvent plus attendre, de façon à être en mesure de présenter des résultats concrets à une opinion publique de plus en plus impatiente. » C’est ainsi que Nicolas Sarkozy lançait, le 24 janvier, la présidence française du G8 et du G20. Et c’est vrai : les peuples n’en peuvent plus d’attendre. Depuis 2008, le monde s’enfonce dans une crise qui est tout autant économique et financière que sociale, environnementale et démocratique. Or, les chefs d’Etat, qui se réuniront les 3 et 4 novembre à Cannes, ont jusqu’à présent surtout donné des gages de leur bonne volonté au monde de la finance.
« L’ambition de notre présidence est simple : nous vivons dans un monde nouveau, nous avons donc besoin de nouvelles idées  », proclamait aussi le président. On peut reconnaître à ce G20 d’avoir enfin mis l’accent sur des questions fondamentales comme la protection sociale ou la taxation des transactions financières, mais qu’en est-il plus globalement de notre modèle de développement ? Peut-on imaginer répondre aux défis du monde de demain sans revoir radicalement nos modes de production et de consommation ? Il faut rompre avec l’idolâtrie de la croissance, réaffirmer la primauté des droits et réinventer un nouveau mode de vivre ensemble. Ce sont ces questions (et leurs réponses) qu’aborde ce numéro spécial d’Altermondes, réalisé en partenariat avec Libération.
Revue de la solidarité internationale, du développement durable et des droits humains, Altermondes propose à ses lectrices et lecteurs un autre regard sur le monde, en donnant la parole aux sans voix, à celles et ceux qui, inlassablement et souvent dans l’ombre, oeuvrent à la construction d’un monde juste, durable et solidaire. A la veille du Sommet de Cannes, elle a donc rassemblé vingt-neuf des plus importantes associations de solidarité internationale et syndicats français, pour rappeler les chefs d’Etat à leurs responsabilités. Dans sa Déclaration finale, le G8 de Deauville proclamait : « Notre objectif commun est d’agir en faveur de l’Etat de droit et de l’implication des citoyens, et d’encourager les réformes économiques et sociales, afin de répondre aux aspirations des peuples ». La Coalition G8G20 qui réunit les acteurs des sociétés civiles, du 1er au 4 novembre, pour un contre-sommet à Nice, serait presque tentée de répondre : Chiche !




Dans le même numéro - sur le site :
Sommaire HS n°12
Hors-série n°12
Paco Ignacio Taibo II et la résistance citoyenne