Altermondes






Accueil du site > N°28 - décembre 2011 > L’Education au développement à l’heure de l’Europe !

L’Education au développement à l’heure de l’Europe !


Des citoyens avertis, informés, sensibilisés aux questions du développement et de la coopération internationale, c’est tout l’enjeu de l’éducation au développement. A quand une réelle stratégie européenne en la matière ?


Par Carole Coupez [1] | Solidarité Laïque et Laurence Rigollet | Educasol

Le 30 août 2011, pour la première fois de son histoire, le Parlement européen a discuté d’éducation au développement et à la solidarité internationale ! Andris Piebalgs, le commissaire européen en charge des questions de développement, a pu, pendant près d’une heure, expliciter pourquoi l’éducation au développement devait figurer en tête des priorités de l’Union européenne.

Parler de l’éducation au développement et à la solidarité internationale dans cette enceinte constitue l’aboutissement ou plutôt le point de départ attendu et légitime pour mettre en place une stratégie européenne en éducation au développement. En comparaison de l’Aide publique au développement (APD) que l’Europe octroie et qui en fait la plus importante politique de coopération au développement dans le monde, son soutien à l’éducation au développement est dérisoire : 0,38 % de l’APD européenne [2]. Les Nations unies préconisent pourtant de lui affecter au moins 3%. Par ailleurs, on peut s’étonner qu’il n’y ait toujours pas à ce jour de stratégie européenne dans ce domaine… qui loin d’être parallèle à la coopération en fait stratégiquement partie.

Des citoyens avertis, informés, sensibilisés aux enjeux du développement et de la coopération internationale, des citoyens bien formés sur les grands enjeux du monde contemporain (comme la lutte contre la pauvreté et les inégalités, la consommation responsable…) deviendront des citoyens à même de donner leur avis, de participer au débat sur les politiques publiques, et d’avoir donc un regard critique sur leur mise en oeuvre. « L’éducation au développement renforce l’engagement actif des citoyens au niveau local et mondial pour promouvoir la justice, les droits humains et le développement durable  », a précisé, lors de l’audition au Parlement, le président de session, Filip Kaczmarek.

Le développement a besoin des citoyens [3]

Pourtant de plus en plus d’Etats membres (Espagne, Portugal, Pologne…), conscients de l’impact de l’éducation au développement sur les perceptions et attitudes de leurs concitoyens, se sont lancés dans cette entreprise qui associe société civile, organisations internationales, collectivités territoriales, ministères, pour une éducation au développement dynamique et ambitieuse au profit d’une citoyenneté renforcée et d’une société civile plus forte. L’enjeu est de taille : 9 Européens sur 10 soutiennent les politiques de développement social, mais ils sont encore trop peu à s’engager activement dans leur quotidien, dans des associations  [4]. L’éducation au développement peut vraiment leur donner les clefs d’une meilleure articulation entre enjeux locaux et enjeux globaux, et leur permettre ainsi d’agir pour plus de solidarité…

Mettre en oeuvre une réelle stratégie européenne et nationale en éducation au développement est nécessaire pour mieux répondre aux souhaits des citoyens européens, pour clarifier le contenu de l’éducation au développement qui n’est ni de la communication, ni des relations publiques, pour soutenir les différents acteurs de cette éducation citoyenne et émancipatrice,pour favoriser une meilleure concertation entre ces acteurs. Cette stratégie encouragera ainsi une appropriation partagée des enjeux de l’éducation au développement pleinement constitutifs de ceux plus globaux du développement.

Notes

[1] Carole Coupez représente Educasol et Coordination SUD au Forum EAD/DARE de Concord (Confédération européenne des ONG de développement)

[2] 30 millions d’euros annuels avec le dispositif EuropeAid (soutien aux projets des acteurs locaux et acteurs non étatiques, notamment).

[3] Titre du document de positionnement du Forum EAD/ DARE de Concord.

[4] 4.4% des Européens s’engagent dans le bénévolat, par exemple.




Dans le même numéro - sur le site :
N°28 - Sommaire
Cause toujours !
Une affaire purement africaine ?
Hommage : Le retour de Frantz Fanon
Total : une catastrophe annoncée
L’enseignement agricole cultive la solidarité
TOURISME RURAL L’AVENIR DES TERRITOIRES
« Les armes ne sont plus réservées aux combattants »
Aung San Suu Kyi, derrière l’icône
Les féminismes au Moyen-Orient
Contre l’exploitation l’éducation
« L’ancrage sur le territoire est un point central »
L’avocat de la mer